GAMING

The Cruel King & the Great Hero

The Cruel King & the Great Hero

Une petite fille qui rêve de devenir un Héros

Yuu est orpheline. Après la mort de son père, le courageux héros qui a affronté le roi démon, elle vit au milieu des monstres sous la protection du Roi Dragon.

Son rêve le plus cher est de devenir, comme son père l’était, un grand héros.

Pour cela, elle s’entraîne à l’aide d’une branche sous la surveillance secrète de son père adoptif.

The Cruel King & the Great Hero
The Cruel King and the Great Hero testé sur PS4

Un jeu rempli de poésie

L’univers du jeu est divisé en différentes régions qui ont chacune une ambiance sonore et visuelle particulière. De plus, les décors ont été dessinés à la main et les différents écrans se développent comme un livre se déroulant sous vos yeux.

Le jeu se présente donc en 2D avec des effets aériens donnant une dynamique aux différents écrans que vous traverserez dans votre aventure. Un univers rempli de beauté tout en poésie s’ouvre à vous.

Un monde labyrinthique

Le monde qui s’offre à vous n’est pas un monde ouvert mais bien linéaire avec des culs de sacs. Celui-ci est divisé en plusieurs zones clés centrées sur le village des monstres. On pourrait comparer ces différentes régions reliées entre elles à un gigantesque labyrinthe. Celui-ci sera de plus en plus complexe, plus vous avancerez dans l’histoire. 

Afin de vous orienter plus facilement, vous aurez une carte vous indiquant les différents chemins possibles. Heureusement, vous pourrez rejoindre différents points stratégiques grâce à des fontaines faisant office de point de téléportation. Cela vous évitera quelques allers-retours non négligeables.

Devenir plus fort pour être un grand Héros

Sur votre route, vous rencontrerez certains monstres sympathiques mais surtout des monstres agressifs. Les combats s’activent aléatoirement lors de votre passage. Votre personnage est alors téléporté dans une zone prévue à cet effet que l’on appelle communément “arène”. 

Dans la zone que vous explorez, Yuu court si la zone comporte des monstres de faible niveau. Au contraire, elle marchera prudemment si les combats pouvant se déclencher, sont plus difficiles. Ce sera votre seule indication concernant la difficulté de la zone

En effet, vous ne connaissez que votre propre niveau. Puis, il n’y a pas de jauge de progression de votre expérience. Par ailleurs, vous n’aurez que très peu d’informations, même par rapport aux monstres qui vous feront face. Une capacité de Yuu permet de “scruter” l’adversaire pour découvrir ses statistiques mais ceux-ci sont uniquement consultables dans le monstredex. Cependant, vous ne pourrez le lire qu’en dehors des combats

Ready ? Fight !

Le combat se déroule dans une arène, au tour par tour, selon la rapidité de chacun. Là encore vous n’aurez pas d’indication, même après avoir “scruté” cet ennemi auparavant. La vie des monstres est toujours représentée par 3 cœurs qui se vident au fur et à mesure que vous les attaquez. A vous de déduire le total des points de vie de votre adversaire selon les différents montants de vos attaques.

Lorsque c’est votre tour de choisir votre action, vous pourrez attaquer, vous protéger, utiliser un objet, fuir ou utiliser une compétence.

Les attaques basiques ne peuvent toucher qu’un adversaire. Alors que les attaques spéciales, liées à vos compétences, peuvent en cibler plusieurs. Ces attaques infligent plu de dégâts selon leur orientation et l’emplacement de vos ennemis (voir photo). Cela vous permet de réfléchir à une stratégie en combat, afin d’obtenir plus rapidement la victoire.

Les compétences utilisent de l’énergie. Cette énergie remonte automatiquement de 1 point à la fin de chaque tour. A force d’évoluer en niveau, vous en apprendrez automatiquement de nouvelles et vos statistiques évoluent également de cette façon. Vous ne choisissez donc pas vous-mêmes comment évolue votre personnage.

Au début, vous partirez à l’aventure muni d’une branche mais aussi d’une casserole (pour protéger votre tête). Mais vous pourrez également vous équiper de 2 accessoires afin d’augmenter vos statistiques. N’hésitez pas à comparer régulièrement vos objets équipés avec ceux que vous trouverez ou achèterez, afin d’être toujours bien préparé.

A la fin du combat, vous gagnerez des coquillages, de l’expérience et parfois un ou plusieurs objets représentés par un coffre laissé par votre ennemi vaincu.

C’est grâce aux coquillages que vous pourrez acheter des objets auprès de différents vendeurs éparpillés dans le monde. 

Un héros aidant son prochain

En plus de la quête principale, vous pourrez accomplir des quêtes de gentillesse, afin de récolter des étoiles. Ces étoiles vous permettront de débloquer des informations sur les designs du jeu dans l’onglet “collection”.

Ces quêtes vous demanderont d’aider différents monstres. Une icône de bulle de discussion rouge s’affiche sur votre carte pour vous indiquer que quelqu’un a besoin de vous. 

Souvent, il vous sera demandé de retourner dans les zones déjà explorées. Vous aurez alors accès aux différents chemins qui étaient, à votre premier passage, inaccessibles. Vous découvrirez alors de nouveaux passages parfois semés d’embûches.

The Cruel King & the Great Hero

Un héro bien accompagné

Dans votre quête héroïque, vous serez régulièrement accompagné par un autre personnage qui fera partie de votre équipe. Celle-ci sera toujours formée en un duo

Votre compagnon pourra également s’équiper d’une arme et d’une armure qui lui seront propres ainsi que de deux accessoires. Lorsque votre compagnon s’en ira, vous récupérerez les deux accessoires qui lui étaient confiés. Vous pouvez donc lui attribuer vos précieuses trouvailles sans craintes.

Chaque compagnon a ses capacités spéciales mais aussi une “capacité de compagnon”. Par exemple, Rocky peut creuser et révéler des trésors enfouis. Ce qui apporte un autre avantage à explorer tous les chemins des différentes zones du monde.

La durée de vie du jeu

Au total, le jeu est divisé en 7 chapitres. Ce qui représente une durée de vie de 27 heures de jeu environ (toutes les quêtes de gentillesse accomplies).

The Cruel King & the Great Hero
La carte du monde

Et si on ne connait pas l’anglais ?

Vu la difficulté abordable pour les plus jeunes, je peux dire que le jeu convient aux enfants et aux adultes qui apprécieront ce magnifique conte. Ce qui en freinera beaucoup, c’est la traduction uniquement en anglais ou en japonais. 

Pourtant, même si le jeu est dans cette langue et que je n’ai pas pratiqué assidûment après mes années d’études, connaître les bases est suffisant pour comprendre le jeu et l’histoire. Et sinon les illustrations s’appuient sur le texte comme dans un livre pour enfant. Ce qui permet de comprendre l’ensemble du jeu même si on n’est pas doué pour la traduction.

Pour un enfant, il est aisé de prendre en main le jeu avec un parent à proximité au besoin. Que le parent soit bon en anglais ou non, les mécaniques et le gameplay restent connus et agréables pour des joueurs du genre

Rapidement, l’enfant pourra s’en sortir seul. Ce sera seulement vis à vis des quêtes secondaires sans illustrations qu’il risque de se sentir largué. Heureusement, le jeu nous indique les objectifs sur la carte. Ce qui est d’une grande aide pour pallier l’absence de traduction. De plus, l’histoire principale est très plaisante à réaliser. Et il n’est pas obligatoire de faire les quêtes de gentillesse pour terminer le jeu. 

The Cruel King & the Great Hero
Visuel du menu comparable à celui de tout RPG

Ce que l’on en pense vraiment :

D’abord attirée par le dragon qui accompagne la petite Yuu, étant une grande fan de cette créature légendaire, j’ai très vite été conquise par la direction artistique ! Les musiques sont très agréables et accompagnent délicieusement les zones parcourues d’un visuel vraiment magnifique

Je trouve l’exploration du jeu intéressante. Ce concept de labyrinthe de plus en plus complexe m’a amené à réfléchir à quel chemin choisir selon mes priorités ; explorer et dénicher des trésors ou avancer dans l’histoire. Et même en essayant de prévoir le chemin, je me suis retrouvée face à des surprises. Cela me motivait à continuer l’exploration plus avant. De plus, ne pas avoir d’indication sur les ennemis est peut-être déroutant au début mais j’ai réalisé que je m’étais vite adapté. En effet, ça ne m’empêchait pas d’apprécier le jeu pour autant. 

Toutefois, je n’ai pas senti de difficulté particulière en combat. Celui qui m’a vraiment mise face à un défi de taille se déroule à la fin. Pour moi ce n’est pas un défaut mais ça pourrait l’être pour d’autres personnes. En tout cas, j’ai apprécié les affrontements avec les différents boss apparaissant au fil de l’histoire. 

Attention, comme il s’agit d’un JRPG, les dialogues sont nombreux. Pour certains, ils sont même répétitifs. Il m’a fallu parfois résister à l’envie de passer sans lire tellement ça me paraissait long. A vous de voir si vous avez la patience d’affronter moulte dialogues surtout lors des quêtes secondaires. En outre, je conseille vivement ce jeu aux joueurs avec des bases de la langue anglaise et aux enfants accompagnés d’un parent. Aux personnes appréciant les contes poétiques sous forme de jeu de rôle avec des combats au tour par tour “à l’aveugle”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.