FILMS / SERIES

Barbare

Film d’horreur qu’on attendait absolument pas, réalisé par Zach Cregger connu surtout en tant qu’acteur, sorti en streaming sur Disney + le 26 Octobre 2022

Barbare

Barbare commence de façon un peu “banale”, une femme, seule en pleine nuit, essaie d’avoir accès à son Airbnb. Suivant les instructions à la lettre, elle se rend compte que les clés ne sont pas là où elles devraient être. Évidemment, vu l’heure, personne ne répond et on se rend compte que ce logement est déjà habité. Elle se retrouve obligée de cohabiter avec cet inconnu, le temps que le problème soit réglé.

Un peu trop attentionné

Keith est à première vue très empathique de la situation, il lui propose le seul lit disponible. Insistant pour le bien-être de Tess à plusieurs reprises, faisant attention à ses moindres faits et gestes pour rassurer cette jeune femme, qui est juste effrayée de la situation et refuse la plupart des propositions (logique, qui ne le serait pas à sa place ). Mais, ayant vu Bill Skarsgard dans d’autres films, on se méfie très vite.

Le lendemain, elle doit donc se rendre à son entretien, mais Keith est déjà parti pour la journée. Toujours attentif au bien-être de sa colocataire, il a laissé un mot sur la table lui expliquant quoi faire pour que personne ne se retrouve bloqué. Une fois préparée, elle voit enfin la rue de jour et c’est un réel taudis ! Une rue entière de maisons abandonnées et taguées. Lors de son rendez-vous, on lui fait part d’inquiétude suite à l’environnement de son logement, mais elle n’a d’autres choix que de retourner là-bas. En rentrant, elle se fait poursuivre par un sans-abri qui lui clame de partir. Encore une fois, elle décide de rester. Beaucoup de signes qui nous font littéralement hurler à la jeune fille de s’enfuir de cet endroit, et ceci arrivera vraiment tout le long du film.

Ça fait beaucoup la, non?

Seule dans cette demeure, elle se retrouve obligée de fouiller. Elle descend dans la “laverie”, continue ses recherches, mais la cave se referme derrière elle. Farfouillant partout, elle trouve l’accès à un couloir caché, celui-ci n’a pas de lumière ! Et encore une fois, au lieu de se méfier, elle utilise un miroir afin d’éclairer au maximum et continuer sa recherche. Elle tombe sur une pièce sans fenêtre avec un vieux lit rouillé, un matelas sale, une caméra et des traces de sang sur le mur. Cette fois-ci, elle prend ses jambes à son cou ! Et entend Keith qui arrive au bon moment pour la sortir de là. Mais la curiosité de l’homme le pousse à aller voir, Tess ne pouvant l’abandonner, l’attend sagement à l’entrée…

Quelle surprise

Comme on s’en doute, il ne revient pas, va-t-elle partir? Bien sûr que non ! La revoilà dans ce couloir sombre qui en cache un second à l’aspect minier. Elle s’aventure dedans et tombe sur quelque chose d’inimaginable ! 

L’histoire se coupe ici pour faire place à AJ, un acteur qui vient de se faire virer suite à un événement avec une autre actrice. Devant payer des frais d’avocat, il se retrouve à devoir vendre ses effets personnels, dont cette maison au 476 Barbary Street! Les affaires de Tess et Keith étant toujours sur place, il cherche à savoir ce qui a pu se passer. Mais bizarrement en tombant sur le couloir et la pièce, il ne pense qu’au côté rentable de cette histoire. Il est vite rattrapé par l’atrocité qui s’y trouve.

Ce qu’on en pense vraiment:

Ce qui se passera ensuite vaut vraiment le détour, pour les habitués d’horreur, je ne m’attendais pas à cela, surtout que le réalisateur n’est pas forcément connu, ou du moins seulement en tant qu’acteur de film “de seconde zone”. Nous faisons face à un scénario fort qui change totalement de point de vue en cours de route. Un peu d’humour, intense, gore, de quoi vous plaire en soirée solo ou entre potes ! Assez réaliste, outre l’actrice qui reste jusqu’au bout alors qu’on aurait fui depuis si longtemps, les autres acteurs agissent vraiment comme “monsieur tout le monde” et peuvent parfois se la jouer très perso. Une histoire sombre se cache derrière et ils laissent l’opportunité à une suite, même si, entre nous, je ne pense pas qu’une suite soit utile, elle serait sûrement décevante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *