KIDS

Max : The Curse of Brotherhood

Max : The Curse of Brotherhood est un jeu de plateforme en 2D. Édité et développé par Press Play. Le jeu est disponible depuis 2013 et jouable sur PC, Xbox, Playstation, Switch et IOS.

Le mercredi est toujours dédié à notre troll.

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir ou de redécouvrir le jeu “Max : The Curse of Brotherhood”. Un jeu dédié à nos chères petites têtes blondes, mais qui demanderait presque l’agilité d’un adulte ! Armé de votre feutre, partons ensemble à l’aventure…

Max : The Curse of Brotherhood

Pour nous soutenir, tout en te faisant plaisir !

Un artiste est parmi nous

La plupart des fratries ont toutes connu ce problème : un petit frère ou une sœur casse-pieds qui ne cesse de mettre le bazar dans votre chambre. Un véritable problème que notre protagoniste, Max, vit avec son petit frère Félix. Pourtant, notre jeune héros n’aurait jamais cru se débarrasser aussi facilement de son petit frère en prononçant une formule trouvée sur Internet. En quelques secondes, Félix se fait aspirer dans un mystérieux vortex… Plouf, plus de petit frère, plus de disputes. Néanmoins, désolée de vous décevoir, il n’y a pour l’instant aucune formule magique vous permettant de retrouver du calme pendant quelques instants. On ne peut que vous recommander l’utilisation de boules Quiès lors de disputes entre vos petits monstres. 

Max, pris de remords et très certainement ayant peur de la réaction de ses parents (ça se comprend) n’a désormais plus qu’une seule mission : ramener son frère. Un chemin qui s’annonce difficile et semé d’embûches. Pourtant, notre protagoniste compte bien parvenir à ses fins.

Nous retrouvons donc notre héros, dans un nouvel endroit qui, aux premières impressions, semble imaginaire et bien loin de sa maison. Il lui faudra d’ailleurs peu de temps avant d’entendre les cris de son frère, capturé par une créature géante. C’est le début d’une longue aventure pour Max qui, du haut de son jeune âge, va surmonter ses peurs et s’armer de courage pour ramener son frère en un seul morceau. C’est beau la fraternité !

Max : The Curse of Brotherhood

Dessine-moi un mouton

Globalement, le principe est relativement simple. À défaut d’être équipé d’une épée, Max dispose d’un feutre magique lui permettant de dessiner et d’effacer certaines parties de la nature. Le premier pouvoir obtenu étant de créer (et de détruire) des plateformes de terre qui vous permettront d’atteindre différentes zones inaccessibles auparavant. Mais tout ça n’est que le début. Au fur et à mesure de son aventure, le feutre va acquérir de nouveaux pouvoirs, permettant ainsi à Max de créer des branches, des lianes ou bien encore des courants d’eau. Contrôler la nature n’a jamais été aussi simple.

Si le fondement semble facile aux premiers abords, il faut admettre que certains passages peuvent s’avérer particulièrement agaçant, voire même relativement rageant. De quoi vous faire grincer des dents. Respirez un bon coup, admirez la vue et repartez à l’aventure. Ce n’est que le commencement.

Durant votre quête pour sauver votre petit frère, vous ferez face à de nombreuses énigmes qui demanderont beaucoup de logique, mais également de la patience. Il est donc inutile de vous précipiter. D’ailleurs, certaines scènes se déroulent au ralenti, ce qui vous permettra d’effectuer la bonne manipulation. Là où la tâche se complique, c’est que tous les passages ne disposent pas de cette petite aide. Il vous faudra de ce fait être relativement rapide pour pouvoir vous équiper de votre crayon, vous frayer un chemin et vous retrouver en lieu sûr.

C’est d’ailleurs la plus grande difficulté du jeu : maîtriser un saut tout en sortant votre crayon pour créer une plateforme reliée à une liane. Dis comme ça, cela peut paraître simple, mais croyez-moi, la tâche est beaucoup plus compliquée qu’on ne le pense. Il n’est ainsi pas impossible que vous ayez besoin de recommencer plusieurs fois la même manipulation.

Je te vois

En plus de devoir sauver la peau du benjamin de la famille, il vous faudra collecter différents collectibles. 

On y retrouve les yeux de maléfique de Mustacho, qui pour la plupart seront au nombre de cinq par niveaux. Pour les collecter, rien de plus simple, il vous suffira de vous rapprocher d’eux et d’appuyer sur la touche assimilée pour les arracher et rendre furieux votre ennemi. Il faudra cependant faire face à une certaine difficulté puisque certains seront particulièrement bien cachés de la vue de tous ou encore difficiles d’accès. Vous l’aurez compris, ouvrez grand les yeux !

Avez-vous réussi à apercevoir l’œil caché ?

À cela, s’ajoutent également des morceaux d’amulette appelés “secret” disponible dans chaque niveau. L’intérêt ? Aucun, sauf si vous souhaitez obtenir un 100% dans votre quête. Une tâche qui ne devrait pas poser problème puisqu’un guide est disponible dès à présent sur notre chaîne Youtube. Cela vous permettra donc de vous faciliter votre objectif. Oui, on aime bien vous aider à collecter le plus de succès possible.

Actuellement, seuls les trois premiers chapitres sont disponibles, mais la suite arrive très prochainement.

Pas de panique si vous n’avez pas réussi à obtenir tous les collectibles ! Sachez qu’une fois le niveau fini, il sera possible de le recommencer autant de fois que nécessaire. Les objets déjà collectés dans le niveau seront invisibles aux yeux du joueur, laissant place aux aux autres laissés sur votre route. En ce qui concerne les manquants, ils seront visibles en début de chapitre.

Autre point important, il ne sera pas obligatoire de finir entièrement le niveau pour valider l’obtention de celui-ci. Collectez celui-ci et retournez au menu principal pour l’obtenir complètement. Un gain de temps immense !

Max : The Curse of Brotherhood

L’avis du troll

Comme dit plus haut, il sera nécessaire d’attendre un certain âge avant de commencer l’aventure de “Max the Curse of brother”,  huit ans me semble tout à fait correcte. Précisons également que certaines scènes pourraient effrayer les jeunes téléspectateurs. Notamment un passage se déroulant dans l’obscurité où des créatures surgissent de nulle part.

C’est donc ma fille de huit ans qui s’est lancée la première. Très enthousiaste à l’idée d’utiliser un feutre et de créer son chemin pour avancer dans sa quête. Malheureusement, un problème s’est très rapidement posé et ma petite tête blonde s’est trouvée bloquée ne sachant pas réellement où aller. 

Il faut l’admettre que certains passages demanderont quelque temps avant de savoir quoi faire concrètement. Résultat, la frustration et la lassitude sont très vite arrivées. Une fois bloquée, ma fille a très vite abandonné le jeu pour en découvrir un tout nouveau. Dommage !

Puis vient le tour de son frère, qui du haut de ses 12 ans s’est montré particulièrement motivé. Il faut dire que le scénario ainsi que le gameplay ont tout de suite attiré sa curiosité. Armé de son feutre, le voilà parti à l’aventure. Malheureusement, tout comme sa sœur, un problème s’est très vite posé face à un passage qui lui semblait insurmontable. C’est donc avec une certaine frustration qu’il s’est arrêté de jouer.

Un ressenti qui finalement est très vite compris, car oui, le jeu peut apporter une réelle
insatisfaction.
Étant adulte, j’ai moimême mis quelque temps, afin de résoudre certaines énigmes. À cela s’ajoute une prise en main parfois difficile, notamment sur les sauts qui demanderont une certaine précision. Quelques millimètres de trop suffiront à vous mener à une chute et ainsi, à provoquer un plongeon mortel. Car oui, Max ne dispose que d’une seule vie et le moindre dégât le tuera à coup sûr. 

Le test aurait pu s’arrêter là pour eux, mais non. Après quelques heures à m’avoir vu jouer, les enfants ont repris goût au jeu et m’ont très rapidement demandé de pouvoir retenter leur chance. Espérant cette fois-ci surmonter les nombreux obstacles qui s’opposaient à eux.

Max : The Curse of Brotherhood

Avec un peu d’insistance et de patience, mes deux trolls ont pu dépasser leur limite et débloquer la suite de l’histoire. Il est de ce fait clair que la patience et l’agilité sont les qualités principales pour continuer l’aventure au risque d’être très rapidement lassé. Il semble peut-être même nécessaire d’assister votre bambin pour pouvoir lui procurer de l’aide et avancer en toute sérénité dans sa quête.


Ce que l’on en pense vraiment :

Max : The Curse of Brotherhood” est clairement un bon jeu de plateforme, mais qui demandera une certaine patience pour pouvoir arriver à vos fins. Malgré ses quelques difficultés, vous passerez, à coup sûr, un très bon moment.

Armez-vous donc de votre plus beau stylo et partez à la rescousse de votre jeune frère !

  • Une histoire sympathique
  • Un gameplay innovant
  • Des graphismes colorés
  • Une durée de vie justifiée par son prix
  • La possibilité de construire son propre chemin
  • Une prise en main parfois difficile avec un manque de précision
  • Pas d’audio VF
  • Quelques bugs présents
  • Des courses-poursuites parfois trop tendues

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.