LIVRES / MANGA

Je ne suis pas née dans le bon corps

Je ne suis pas née dans le bon corps ! Instagram
 © Le Geek Paresseux

Résumé

L’autrice Mafuyu Konishi, née femme dans un corps d’homme, nous raconte en manga une étape importante de sa transition : sa chirurgie de reconstruction sexuelle en Thaïlande. Destiné tant à ses paires qu’à toute personne désireuse d’en savoir plus sur ce sujet, à travers les souvenirs de cette expérience et du chemin qui l’a mené jusque-là, découvrez un témoignage surprenant, franc et positif.

Un manga pour tous

Je ne suis pas née dans le bon corps ! Arrivé en Thaîlande

“Je ne suis pas née dans le bon corps” fait partie de la collection “Mues”, et c’est le deuxième ouvrage à faire son entrée dans cette nouvelle série abordant des personnes dites différentes. Rappelons que “Sex Education 120%”, sorti le 24 septembre 2021, abordait la sexualité auprès de jeunes demoiselles.

Un tout nouveau tome traitant du sujet de la Non-binarité. Il sera quant à lui disponible dès le 28 janvier dans les librairies.

On ne peut que féliciter l’éditeur Ototo Manga pour leur initiative. Les mangas savent parfaitement transmettre les émotions à travers une simple feuille de papier et c’est  le vecteur idéal pour traiter de ces sujets souvent difficiles puisque beaucoup de jeunes, et moins jeunes, lisent des mangas. Saviez vous que la France en est le deuxième consommateur après le Japon ?

Cette fois-ci, c’est donc un nouveau thème qui sera abordé : le changement de sexe, passant d’homme à femme.

En lisant cet article, vous vous demanderez très certainement si cette lecture pourrait vous intéresser. Vous ne prévoyez (à priori) pas de changer de sexe et l’intérêt de lire ce livre s’avère minim, pourtant… Je suis bien loin d’avoir le projet de réaliser une opération similaire, malgré tout j’étais très intriguée à l’idée d’entamer cette lecture. C’est ainsi, qu’avec une certaine curiosité, j’ai décidé de lire ce manga abordant un sujet qui m’était, jusqu’alors, totalement inconnu.

Et quelle surprise  ! “Je ne suis pas née dans le bon corps” sait parler autant aux personnes qui méconnaissent le sujet qu’à celles qui sont déjà passées par là. Je vous recommande alors de prendre du temps pour en découvrir plus sur cet ouvrage singulier. L’histoire de Mafuyu Konishi, un garçon qui n’avait qu’un souhait : devenir une femme.

Un nouveau sexe pour une nouvelle vie 

Ce one-shot nous conte l’histoire de Mafuyu Konishi, né homme. Après de nombreuses réflexions, la décision est prise : la jeune femme ne se sent pas homme et décide de changer de sexe.

Malheureusement, cette première partie ne sera pas évoquée dans les premières pages. Nous plongeons directement dans le bain, débutant par l’opération qui changera définitivement la vie de Mafuyu. Une métamorphose qui lui permettra d’enfin se révéler, devenant la femme qu’il a toujours voulu être. 

Il aurait été intéressant de pouvoir assister à ses doutes et réflexions, de quoi était fait son quotidien et de tout le processus qui l’aura amené(e) à l’opération.

Nous la retrouvons donc en Thaïlande, prête à réaliser une opération de type CRS. Pas de panique, il n’est pas question de parler ici des forces de l’ordre. Belle et bien d’une opération consistant à changer de sexe. CRS signifiant “chirurgie de réassignation sexuelle“. D’ailleurs l’opération en elle-même est très bien expliquée, le tout en images et avec des mots relativement simples. Une vulgarisation bienvenue qui permet de mieux appréhender le sujet.

Je ne suis pas née dans le bon corps ! - C.R.S
Je ne suis pas née dans le bon corps ! - pause caca

L’ouvrage pourrait s’arrêter aux simples détails de l’opération, mais il n’en est rien. Il n’est pas juste question de parler du résultat de celle-ci, non. L’autrice n’hésite pas à nous partager de nombreux aléas post-opératoires, comme le passage à la selle qui s’avère difficile. Oui cela peut paraître étrange de parler de “caca” dans un manga, pourtant cela reste néanmoins un sujet important. Il est à prendre en compte pour de multiples personnes souhaitant sauter le pas de l’opération. 

Lors d’une consultation post-opératoire, de divers sujets ne sont pas évoqués, Mafuyu a su mettre le doigt sur des points bien souvent non traités. Oui, réaliser une CRS peut-être douloureux et cela engendre également d’autres problèmes. Des petits détails, qui, une fois accumulés, deviennent de véritables ennuis. Ce manga sera donc l’occasion de comprendre qu’il ne s’agit pas d’un acte anodin et demandera un moral d’acier à son patient pour pouvoir surmonter les différentes étapes.

Sans tabou

En plus de parler excrément, nous parlerons de dilatation vaginale. Une épreuve notamment difficile pour la jeune femme qui nous raconte avec douleur ce passage post-opératoire permettant de dilater son vagin crée seulement quelques jours suivant l’opération.

C’est donc sans tabou que l’autrice nous explique ses nombreuses difficultés, mais aussi ses petites victoires et le bonheur de se sentir enfin femme. Bien heureusement le manga comporte également des moments de joie qui sauront nous faire sourire. On pense particulièrement à ce passage où Mafuyu se rend aux toilettes et prend une toute dernière photo de son pénis, les pipis debout ? C’est fini !

Dernière photo du zizi

Ce que l’on en pense vraiment :

Cette lecture fait tout simplement partie de mes coups de cœur de 2021. Durant ma lecture, de nombreuses émotions sont passées, notamment celle du respect pour ce courage de changer de vie. Mon seul véritable regret est que l’ouvrage est  un one-shot et m’a semblé bien trop court. À travers ses pages, Mafuyu a su faire d’elle quelqu’un d’attachant et on ne peut que la féliciter pour ce parcours réalisé. Partager de tels témoignages est d’utilité publique, que ce soit à but informatif ou que cela puisse en aider certain(e)s.

Pour lire notre article “Notre histoire”

2 commentaires

  • Cyril

    J’aime beaucoup cet article. Il décrit bien le manga. C’est une bonne chose qu’un thème aussi méconnu soit abordé!

    • Kushina

      Merci pour ton commentaire Cyril. Effectivement c’est une bonne chose que le thème soit abordé, dommage que ça soit un One-Shot.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.