LIVRES / MANGA

Les Affamés Tome 2 & 3

Le premier tome nous avait laissés sans voix : la mort de Tachibana des mains de Wataru lui-même. Son amour pour la jeune fille n’aura malheureusement pas réussi à l’empêcher de passer à l’acte, tuant ainsi la jeune maman d’une morsure. Pourtant, la possibilité de revoir Tachibana n’est pas impossible. Après tout, Wataru est la preuve vivante que l’on peut encore posséder une part d’humanité. Verdict dans les prochains tomes, ou pas, mais selon moi, ce point n’est pas à négliger.

TOME 2

Les Affamés

Trois mois se sont écoulés depuis la disparition de Yuka. Wataru a réussi à mettre la main sur la fille de la femme qu’il aimait et se rapproche petit à petit de son objectif. Mais avant que sa précieuse protégée ne soit prête à procréer, celle-ci devra atteindre la puberté. Et pour ça, encore faut-il survivre… Un zombie intelligent et un rebut de la société seront-ils seulement capables de répondre aux besoins d’une enfant ?

Nous suivons de nouveau Wataru en compagnie de Kazu déterminé à mener à bien son plan : utiliser deux humains à procréer des progénitures, afin d’offrir de la nourriture à ses semblables.

Un objectif qui ne devrait pas tarder à voir le jour : Umi, qui n’est autre que la fille de Tachibana, grandit de jour en jour et très rapidement, le bébé se transforme en une belle et jolie jeune femme. Elle peut désormais porter la vie, pour le plus grand bonheur de Wataru qui salive à l’idée de dévorer de la chair humaine.

Cependant, la tâche s’annonce bien plus ardue que prévu.

Umi, qui n’a connu que le chaos depuis sa naissance, n’est pas encore tout à fait prête à franchir le pas. Au plus grand regret de Kazu ! Il est impatient de pouvoir enfin goûter à son premier échange sexuel. Pourtant, Umi ferait n’importe quoi pour rendre son père heureux.

A cela s’ajoute également Wataru, qui doit apprendre chaque jour son nouveau rôle : celui d’être père. Il  se rend compte que son plan semble plus compliqué que prévu et à la ferme attention de la protéger de tout ce qui l’entoure, y compris de Kazu.

TOME 3

Les Affamés

Maintenant qu’Umi est enceinte, le plan de Wataru visant à fournir de la nourriture à ses camarades zombies avance à grands pas. Mais tandis que les jours passent et que l’heure de l’accouchement approche, une question reste cruciale : en l’absence de médecin compétent, le mort-vivant et Kazu sauront-ils donner naissance à l’enfant ?

Dans le précédent tome, Wataru nous a prouvé que sa part d’humanité était encore belle et bien présente. Umi est considérée comme sa propre fille, il est difficile pour lui de laisser Kazu poser les mains sur elle. L’amour est cependant plus fort et c’est lors des dernières pages que nous découvrons que les deux tourtereaux passeront enfin à l’acte.

Maintenant qu’il y a eu consommation, le plan de Wataru n’a jamais été aussi proche du but. Notre nouveau couple accueille leur tout premier bébé avec non sans mal mais ce n’est que le début…

Tout comme l’enfance de Umi, l’auteur ne perd pas de temps est tout cela est fait très rapidement, on passe donc du premier rapport à la fin de grossesse en seulement quelques pages.  De quoi laisser plus de places pour d’autres scènes très importantes.

Élever un enfant n’est jamais facile et comme le dit le proverbe “on ne naît pas parents, on le devient”. Du coup, Umi et Kazu vont devoir apprendre leur tout nouveau rôle avec une difficulté supplémentaire : survivre dans un environnement chaotique. Quant à Wataru, il devra faire face à une nouvelle difficulté : contrôler sa faim.

POUR LE MEILLEUR ET POUR LE PIRE

Il faut dire que dès le début, le scénario était particulièrement innovant.

À défaut d’être du côté des gentils, le lecteur passe cette fois du côté des méchants et le place ainsi, chez les morts vivants. Une petite nouveauté qui fait son effet, parce que ouais, on en a marre de voir des survivants qui dégomme tout ce qui bouge.

En plus d’un nouveau genre, les lecteurs découvrent également un sujet souvent peu évoqué dans le domaine de l’horreur : l’amour. Un thème annoncé dès le départ à travers la couverture du manga. Pour autant, nous sommes bien loin du dernier Shôjo en date. C’est clairement le plus gros attrait de ce manga selon moi.

Premièrement, il faut se rappeler que Wataru a tué celle dont il était fou amoureux pour simple raison qu’il était jaloux de son bonheur avec un autre homme. 

Après cela, la liaison entre Umi et Kazu qui est particulièrement hardcore d’autant plus que les deux amoureux sont novice en la matière.

On y retrouve la gentille petite fille qui souhaite faire plaisir à son papa quoi qu’il arrive. C’est-à-dire : avoir des rapports et tomber enceinte. C’est par le biais des magazines pornographiques appartenant à Kazu qu’Umi découvre pour la première fois les plaisirs du sexe et retient uniquement le sourire visible sur les images. Elle ne retient donc que le positif.

Il y a aussi Kazu qui remplit parfaitement les clichés du quarantenaire toujours puceau (même si son âge n’a jamais été évoqué). Et qui n’a qu’une seule envie : goûter aux plaisirs du sexe. 

Les dessins sont assez approximatifs et bien que vagues, on comprend très bien ce qui se trame. Mais encore une fois, cela reste compréhensible. Qui aimerait mourir vierge ? Personne ! En soi, rien d’innovant là-dedans mais le cadre post-apocalyptique ajoute un charme supplémentaire. C’est doux et brutal à la fois sans pour autant tomber dans le vulgaire ni dans de l’hentai. 

C’est clairement l’atout qui me plait le plus dans les Affamés, les zombies passerait presque en arrière plan durant ses deux derniers tomes. J’aime aussi le fait que l’auteur ne traîne pas, ce qui rend les scènes beaucoup plus dynamiques. On passe donc d’un bébé, à une jeune femme, du premier rapport à la fin d’une de grossesse… Bref, tout va très vite et cela permet de ne pas s’ennuyer. 

TOUT VIENT À POINT À QUI SAIT ATTENDRE

Pour les plus impatients comme moi, on peut regretter les délais de parution qui semblent être une éternité.

Pour rappel, le premier tome est paru en février, tant dis que le second lui, est sorti au mois de mai. Le dernier tome en date est quant à lui apparu en août. Soit un délai de 4 mois  entre chaque tome. Ce délai nous a ainsi permis de nous aligner au Japon qui possède également les 3 premiers tomes.

Ainsi, tout porte à croire que le 4ème tome serait prévu pour le mois de novembre mais cela reste à prendre avec des pincettes. Aucune information n’est actuellement disponible ni même sur le nombre total de tomes à paraître jusqu’à la conclusion du manga.

CE QUE L’ON EN PENSE VRAIMENT : 

Ses deux derniers tomes n’ont fait qu’amplifier le coup de cœur que j’ai eu et le dernier tome m’a littéralement laissé sans voix. 

Les affamés est clairement la meilleure découverte que j’ai faite au cours de cette année, et j’attend avec impatience de découvrir ce que Kunitaro Tomoyasu nous réserve dans les mois à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.