TEST GAMING

A Plague Tale : Requiem

A Plague Tale : Requiem est un jeu d’aventure et d’infiltration. Comme le premier opus, le jeu est développé par Asobo Studio et édité par Focus Entertainment. Le jeu sort officiellement le 18 octobre 2022 sur Playstation 5, Xbox Series, Nintendo Switch et PC. 

TEST RÉALISÉ SUR XBOX SERIES S

Nous y voilà ! Après de longues années d’attente, A Plague Tale : Requiem est enfin là ! Très attendu par les joueurs, et pour cause. La fin particulièrement énigmatique du premier opus nous a laissé sans voix et il était impossible de clôturer la licence de cette façon.

6 mois après les événements du premier opus, nous retrouvons donc Amicia accompagné de Hugo, sa mère ainsi que son ami Lucas apprenti alchimiste pour trouver un remède pour son jeune frère. Bien sûr, la route sera semée d’embûches et la beauté des paysages vont vite remplacé par l’horreur et la violence. On comprend bien pourquoi Asobo studio tenait à sortir le jeu uniquement sur les Next générations. Visuellement, on en prend plein la vue, l’émerveillement des paysages passe très rapidement à l’écœurement d’une France totalement ravagée et ça, on adore ! 

UN VENT DE FRAÎCHEUR

Globalement, Requiem garde les bases d’Innocence, le premier opus de la saga. L’infiltration était déjà nécéssaire en 2019 et c’est toujours le cas en 2022. 

Asobo studio fait néanmoins vent de fraîcheur et nous propose plusieurs nouveautés permettant de simplifier la prise en main. Pour les plus téméraires, il y a trois niveaux de difficultés disponibles : narratif, normal et difficile permettant ainsi de s’adapter à tous les niveaux.

Côté nouveauté, on trouve de nouvelles armes dont des couteaux qui pourront être ramassés en cours de route. Ceux-ci vous permettront d’ouvrir des ateliers ou encore, de vous sauver la peau et d’achever vos ennemis. Une arbalète fera également partie de votre arsenal, et on peut clairement dire que son utilisation est très jouissive compte tenu de l’alchimie est cumulée à vos carreaux. 

En ce qui concerne les infiltrations, les moins discrets comme moi seront soulagés. Une fois démasquée, vous aurez la possibilité d’échapper à vos ennemis en les assommant, vous permettant ainsi de vous échapper durant un court instant. Un atout qui n’est clairement pas négligeable selon la zone où vous vous trouvez. Rappelons tout de même que nous sommes dans un jeu d’infiltration et que la discrétion est primordiale. Alors on évite de faire les bourrins, et on y va tranquillou ! 

A Plague Tale : Requiem
Votre façon de jouer influencera sur vos avantages…

A plague Tale : Innocence avait néanmoins plusieurs défauts, dont celui d’avoir des soldats totalement à côté de la plaque. Il en va de même pour Requiem, encore une fois nos adversaires n’ont décidément pas les yeux en face des trous.

De ce fait, le jeu propose de la nouveauté sans pour autant, réinventer le gameplay. Certaines nouveautés non évoquées ici plairons également à de nombreux joueurs…  

Hugo, tu n’es pas inutile ! 

ÉLÉMENTAIRE MA CHÈRE AMICIA

Que serait A Plague sans ses énigmes ? Requiem ne déroge pas à la règle de son aîné et nous offre une fois de plus, de nouvelles énigmes. Cependant, celles-ci ne sont pas aussi innovantes et on retrouve le même principe qu’avant. 

Il vous faudra dans la plupart des cas, pousser des caisses pour vous rendre à un point et ainsi utiliser une manivelle. Vous pouvez aussi compter sur vos alliés qui n’hésiteront pas à vous donner un coup de pouce soit en vous donnant des indices soit en participant eux même à la tâche. Pour les plus attentifs, sachez qu’il est tout à fait possible de désactiver cette fonction vous permettant ainsi de creuser vos méninges.

En soit, rien d’extraordinaire. Les énigmes sont, dans la plupart des cas, relativement faciles et ne nécessitent pas beaucoup de réflexion. Le seul vrai problème sera très certainement vos adversaires, notamment les rats qui pourront se mettre entre vos pattes durant ses passages. 

UNE BANDE SON, TOUJOURS AUSSI EXTRAORDINAIRE 

On se souvient tous de l’incroyable bande de Olivier Derivière dans le premier jeu. Celle-ci était parfaitement efficace et savait à coup sûr, vous faire verser une petite larmichette.

On ne change pas une équipe qui gagne, Asobo studio signe une fois de plus avec son compositeur pour nous émerveiller de nouveau avec une OST particulièrement émouvant. Comme lors du premier opus, les musiques se fondent harmonieusement dans le décor et permet une totale immersion dans le jeu. Merci à Mr Derivière pour son incroyable travail, sans lui, A Plague Tale n’aurait certainement pas la même saveur. 

En ce qui concerne la VF, rassurez-vous, celle-ci est tout aussi réussie qu’avant et ce serait presque criminel de passer à côté d’une telle œuvre. Quitte à jouer à un jeu Français, autant le faire jusqu’au bout ! 

UN COUP DE COEUR MITIGÉ

Je fais partie des joueurs qui attendaient avec impatience ce second opus. Après plusieurs heures de jeu, je peux enfin avoir un avis un peu plus précis, et il reste mitigé. 

Globalement, A Plague Tale : Requiem est une véritable claque. L’ambiance ainsi que les graphismes sont tout simplement incroyables. Tout comme le premier opus, j’ai été charmé assez rapidement… Mais mon coup de cœur s’est très rapidement transformé en coup de nerf et ceux durant plusieurs chapitres.

Coup de malchance ou simple hasard, j’ai rencontré quelques problèmes techniques sur de nombreux passages. Malheureusement, ce ne sont pas seulement de simple bug graphique mais de quoi mettre en péril ma sauvegarde, au point de recommencer les chapitres puisqu’aucune interaction n’était possible. Un poil rageant ! Par conséquent, j’ai été dans l’obligation de recommencer la totalité du chapitre car le reboot du point de contrôle ne fonctionnait pas.

J’ai aussi été surprise de la simplicité du jeu. Moi qui suis une véritable nouille en infiltration j’ai pu à plusieurs reprises, me fondre dans la masse et ainsi, éviter mes ennemis qui essayaient de me poursuivre. Ce point est plutôt avantageux dans mon cas et me permet donc de poursuivre mon aventure assez facilement. Suis-je prête à m’aventurer sur Assassin Creed maintenant ? Hum, c’est moins sûr !

Cependant, tout cela n’enlève rien à mon envie de finir le jeu et, comme pour son premier opus, d’atteindre le 100 %. De nombreux objets sont à collectionner dont des souvenirs ou encore les fameuses fleurs d’Hugo. Mais comme vous le savez, les enfants adorent ramasser tout ce qui traîne par terre et vous devrez collecter des plumes pour votre jeune frère… Prochaine étape, les cailloux ? Restez attentifs, qui sait, un guide pourrait sortir prochainement ? 

Ce que l’on en pense vraiment : 

A plague Tale : Requiem est un régal pour les yeux comme pour les oreilles et reste dans la même lignée de son aîné. Les plus grands amateurs d’horreur prendront plaisir à s’immerger de nouveau dans l’univers D’Amicia et d’Hugo.

Les moins téméraires eux auront également leur dose de satisfaction en profitant du scénario particulièrement émouvant. Il clôture ainsi parfaitement l’année 2022. 

Remercions chaleureusement Asobo Studio qui nous en a mis pleins la vue et qui nous prouve que les Français sont aussi capables de proposer de véritables pépites!

Pour information, sachez que le jeu est disponible depuis sa sortie sur le Game Pass.

Une bande son toujours aussi extraordinaire

Toujours aussi macabre

Un scénario toujours aussi bien ficelé

Graphiquement, c’est une claque

Les fans de rongeurs seront ravis

La gestions des rats, particulièrement jouissif

Une durée de vie tout à fait convenable

 

Les animations faciales hors cinématique, peu expressives

Hugo, toujours aussi lent

Des bugs qui demande de relancer le chapitre

Le côté infiltration, facilement mis de côté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *