TEST GAMING

God of War : Ragnarök

God of War : Ragnarök est la suite de God of War sorti en 2018. À savoir que la licence a connu le jour initialement en 2005 sur PS2. Il a été développé par Santa Monica Studio et édité par Sony Interactive Entertainment. Cet opus est sorti le 9 novembre 2022 sur PS4 et PS5

God of War : Ragnarök
Jeu testé sur PS5

Avant-propos

Pour ceux qui n’ont pas connu le dieu de la guerre Kratos à ses débuts. Il faut savoir que “God of War : Ragnarök” est le neuvième épisode de la saga. Avant la sortie en 2018, ce personnage tout en muscle parcourait la mythologie grecque avec sa force brutale au service des dieux de l’Olympe. 

À présent, notre spartiate parcourt la mythologie nordique et il n’est plus seul ! En effet, son fils Atreus l’accompagne dans ses voyages. Dans le précédent titre, leur but était de répandre les cendres de la défunte épouse de Kratos. Ce qui a conduit le duo a évolué ensemble dans un monde inhospitalier dirigé par Odin. 

Si vous ne voulez pas être spoiler, je vous conseille de jouer d’abord au jeu de 2018 avant de vous lancer dans celui-ci. Surtout que cet article va dévoiler certaines choses en comparaison avec son prédécesseur.

Le début de la fin

Après avoir combattu bon nombre de créatures nordiques et accompli les derniers vœux de sa défunte épouse, Kratos et Atreus ont pris connaissance d’une fresque prophétique écrite par les géants qui annonce le Ragnarök

God of War : Ragnarök

Mais avant que cela ne se produise, le froid s’est abattu sur Midgard. Atreus et son père tentent de survivre dans ces conditions extrêmes, ne sortant que rarement de la zone de protection entourant leur demeure. Car il n’y a pas que le Fimbulvetr qui risque de les tuer, mais également Freya. En effet, cette dernière est en quête de vengeance, aveuglée par son chagrin.

Et alors que le duo arrive à s’en sortir, Fenrir, le plus vieux loup qu’ils ont recueilli meurt dans les bras du garçon. L’adolescent part enterrer son ami, mais ne revient pas. Kratos, inquiet, s’en va à sa recherche et tombe sur un ours qui n’est autre qu’Atreus. Ce dernier s’était transformé, face à la puissance de son chagrin. Tous deux réalisent alors que le garçon est doté du pouvoir des géants, celui de pouvoir se transformer en animal.

Non-content de faire face à des incursions de créatures car la protection a été rompue, suite à la transformation du garçon, Thor fait son apparition. Il est très vite suivi d’Odin qui propose un marché à Kratos. Ce dernier refuse et rapidement un combat s’enchaîne avec le dieu de la foudre. 

Lorsque Thor décide que la dette de sang est payée, il laisse Kratos. Ce dernier n’a qu’une chose en tête, trouver un refuge pour son fils et lui, car leur aventure ne fait que commencer. Heureusement, ils pourront compter sur les nains pour leur venir en aide.

Feu & Glace

Comme dans le précédent titre, Kratos est équipé de la hache Léviathan liée à l’élément de glace et des lames du chaos pouvant s’enflammer. La première fait des attaques lourdes plus lentes que les secondes qui sont certes plus rapides mais infligent moins de dégâts par coup. 

Vous allez donc pouvoir combattre au corps-à-corps vos ennemis, mais également à distance. Car vous pourrez lancer votre hache et vos lames sur vos ennemis. N’oubliez pas que vous êtes également capable d’esquiver et de parer à l’aide de votre bouclier. Comme dans le précédent opus, vous avez parfois la possibilité d’effectuer une attaque dévastatrice qui est impressionnante et qui selon l’adversaire peut être dégoûtante. Car il faut savoir que les combats sont violents et sanglants en général, mais ces coups de grâce le sont encore plus. C’est pourquoi le jeu est un Pegi 18.

Hormis vos armes, il vous est loisible d’utiliser des éléments du décor pour asséner un coup à vos adversaires comme un arbre mort qui traîne au milieu du champ de bataille. N’hésitez pas à en faire usage, c’est gratuit et à votre disposition. Autant en profiter.

God of War : Ragnarök

Vie & rage

La Vie de votre personnage est représentée par une jauge verte en bas à gauche de l’écran. Juste en dessous se trouve la jauge de rage. Plus vous vous prenez de coups et plus votre vie diminue. Plus vous frappez votre ennemi et plus votre rage augmente.

Après la mort d’un ennemi, celui-ci peut faire tomber de l’argent, des objets mais également un cristal de vie et/ou de rage. Le premier est vert et le deuxième est rouge. Ceci vous permettant de compléter votre jauge. 

Comme dans le titre précédent, lorsque votre jauge de rage sera complète, vous pourrez entrer en “rage spartiate” en appuyant sur les joysticks de votre manette et ainsi laisser aller votre fureur au combat.

Compagnon

Votre équipe est en général formée d’un duo (je ne compte pas Mimir qui ne sait pas se battre). Atreus vous aidera donc lors des combats. Il le fera de lui-même, mais vous pouvez également lui donner des ordres. N’hésitez pas à le faire, car par moments, j’ai trouvé le compagnon d’arme un peu oisif.  

Compétences

Suite à vos exploits, lors des combats, de l’avancée de votre quête et de l’exploration, vous et votre compagnon allez obtenir de l’expérience. Celle-ci vous est nécessaire pour améliorer vos compétences. Elles sont divisées en 3 arbres par arme et partenaire. Vous pourrez acheter différentes techniques par rapport à votre niveau. Il est important de vous mettre à jour, car plus vous débloquerez de compétences et plus vous aurez de combos à disposition pour vaincre vos adversaires.

D’ailleurs, sachez que lorsque vous utilisez régulièrement une compétence, celle-ci obtient le rang d’or et il vous est possible de la renforcer, mais je vous laisse découvrir comment faire tout cela.

Niveau

Vous n’obtiendrez pas votre niveau selon votre expérience, mais bien selon votre arme et votre armure. En effet, la moyenne de votre équipement constitue votre niveau

Vous trouverez quelques pièces d’armures dans des coffres, mais cela reste assez rare. Il vous faudra donc principalement faire avec ce que vous avez. Pour améliorer tout ça, vous devrez vous rendre auprès des nains. Ceux-ci se trouvent à différents points stratégiques le long de votre route. 

God of War : Ragnarök

Les forgerons s’occuperont des différentes pièces que vous leur confierez, mais ils pourront aussi en créer. C’est pourquoi fouiller les moindres recoins des 9 royaumes est toujours bénéfique, afin de trouver un maximum de matériaux et d’objets intéressants. Si jamais vous avez oublié de ramasser votre butin après un combat, vous le trouverez dans le coffre à l’atelier des nains

Armes & Equipement

Comme je vous l’expliquais, Kratos a en sa possession une hache et des lames. Celles-ci peuvent être embellies avec un accessoire qui vous donnera un bonus non-négligeable

Idem pour votre bouclier, vous pourrez y ajouter un “Rönd” améliorant vos statistiques. 

Votre équipement est composé d’un plastron (torse), d’une ceinture (pagne) et de brassards (poignets). Au début, vous trouverez des pièces non liées ensemble, mais sachez qu’il existe des sets. Ceux-ci possèdent le même qualificatif. Par exemple “de puissance de Vidar”. Les pièces d’un même set ont un même visuel sur Kratos. Mais les sets plus évolués permettent également de bénéficier d’un bonus

 Plus vous veillerez régulièrement à posséder le meilleur équipement et plus votre jeu sera équilibré. N’oubliez pas d’en faire de même avec votre compagnon.

God of War : Ragnarök

Il vous sera également possible d’attacher une gemme à vos armes, leur conférant une attaque spéciale et bien d’autres choses encore, mais je vous laisse découvrir tout cela.

God of War : Ragnarök

Exploration

Comme dans le précédent opus, Kratos sera capable de voyager entre les royaumes au fur et à mesure de votre avancée dans l’histoire principale. Au début, vous ne serez pas capable de nettoyer chaque passage donc ne vous acharnez pas. Surtout si votre compagnon vous dit clairement que ce n’est pas possible pour l’instant.

God of War : Ragnarök

De plus, sachez que le jeu vous assiste pas mal lors de toutes vos actions, que ce soit en combat ou lors de votre voyage. Vous avez par ailleurs très peu de temps de réflexion avant que celui qui vous accompagne vous dise ce qu’il faut faire. Il vous arrivera de pouvoir utiliser les éléments du décor (souvent en les détruisant en fait), afin de vous dégager un passage. Chacune de vos armes sera efficace selon l’obstacle. À force, ça vous sera intuitif mais voici quelques exemples : 

D’ailleurs, vous repérerez assez vite que même si vous pouvez vous déplacer librement, il vous est impossible de sauter sauf à des endroits bien précis. Ce qui fait que votre personnage ne peut pas mourir en tombant d’une falaise. Et que toutes les parois, murs etc… sont marquées par des symboles blancs ou rouges, pour vous indiquer où vous pouvez vous accrocher / sauter / soulever. Très vite, vous comprendrez que si vous êtes dans un cul-de-sac, il vous faudra trouver ses dessins pour pouvoir avancer ou faire demi-tour. 

Moyen de transport

Même si le jeu a l’apparence de couloirs, vous aurez aussi des espaces plus ouverts. Vous retrouverez alors cette bonne vieille barque, qui vous permettra de voguer vers des rivages inexplorés ou de votre traîneau. Tout dépendra de la météo. Que ce soit l’un ou l’autre moyen de transport, n’oubliez pas de ramasser les objets qui traînent sur votre route.

Exemple de zone de ramassage

Carte

Par ailleurs, la carte vous aide à vous retrouver plus ou moins dans le royaume où vous vous trouvez. Je dis “plus ou moins” car elle n’est pas précise et est représentée comme une photo satellite. Cependant, vous pouvez mettre un marqueur uniquement sur un symbole découvert. Il s’affichera alors dans votre boussole, en plus de l’objectif en cours.

Savoir

Lors de vos fouilles, vous allez tomber sur des runes luminescentes bleues, gravées sur la pierre ou sur des stèles. Vous pourrez interagir avec celles-ci et découvrir un peu plus sur l’histoire en consultant votre journal (onglet objectifs). Vous pourrez consulter alors l’ensemble des renseignements collectés tout au long du jeu. Gardez toujours en tête que tous ces éléments collectés vous rapportent de l’expérience.

God of War : Ragnarök

Les yeux d’Odin

Et oui, les corbeaux verts fantomatiques sont de retour ! Il vous faudra également les tuer pour mener à bien la quête secondaire “Les yeux d’Odin” et ainsi profiter des trésors qui y sont liés. Ces corbeaux ne sont pas très discrets vu leur couleur. Cependant, tous n’attendent pas bien sagement que vous leur fassiez leur fête. 

Je vous conseille de regarder partout, mais surtout de bien écouter, car ils ont un cri caractéristique. En tout cas, si vous souhaitez tous les trouver, sachez qu’ils sont 48.

Trésors

C’est en combattant que vous allez récupérer de l’argent et des matériaux ou en les ramassant sur des corps inertes, mais aussi en trouvant des trésors. Comme dans le titre précédent, il en existe de différents types : les simples, les intermédiaires, les légendaires et ceux de Nornes. 

God of War : Ragnarök
Exemple d’éléments à ramasser

Les simples sont en bois émettant une douce lumière et se cassent sous le coup de poing de Kratos. 

Les intermédiaires sont en pierre ou en bois renforcé et dégagent une lueur rouge au bord du couvercle.

Les légendaires sont en or et brillent de mille feux avec une aura étincelante.

God of War : Ragnarök

Les coffres de Nornes sont fermés par un mécanisme constitué de 3 runes. Pour les ouvrir, vous devrez accomplir le défi spécifique au coffre. Cela vous rappellera des souvenirs par rapport au précédent titre, mais il y a également un peu de nouveauté.

À l’intérieur des coffres de Nornes se trouvent souvent une pomme d’Idunn ou une corne d’hydromel sanglante. En les collectant, vous augmenterez votre jauge de vie maximum avec les pommes et votre jauge de rage maximum avec les cornes. Bien sûr, plus vous avancez et plus il vous en faudra un grand nombre pour que vos différentes jauges soient améliorées.

Petite astuce en bonus, si vous souhaitez récupérer un peu plus d’argent, sachez que les vases en cachent pas mal également. Si le cœur vous en dit de les fracasser, n’hésitez pas.

God of War : Ragnarök

Artefacts

Vos yeux seront vite attirés par une lumière mauve à même le sol. Ces objets spéciaux sont en réalité des artefacts. Il en existe de plusieurs types. Les premiers sont des objets perdus. Il vous faudra tous les trouver pour obtenir la récompense liée. Sachez que les nains se feront un plaisir de vous les acheter et que même vendu, ces objets sont toujours comptabilisés dans votre progression.

Quêtes secondaires

Certains personnages vous demanderont de les aider. Après avoir discuté, vous obtiendrez une quête secondaire. Vous avez le choix de la faire tout de suite ou plus tard. En général, celles-ci vous offrent des bonus (expérience, argent, équipement, …) non-négligeables.

Sachez que certaines quêtes secondaires se débloquent d’elles-mêmes comme les yeux d’Odin (expliqué plus haut) ou encore les puits de Draugers. 

God of War : Ragnarök
Exemple de puit de Draugers

Travaux

Dans l’onglet de vos objectifs, vous constaterez vite que Kratos peut effectuer différents travaux lors de son périple. Ceux-ci consistent à ouvrir des coffres, tuer des ennemis en particulier, effectuer une action spécifique, lire des runes et bien d’autres. Ces petits défis vous permettent d’obtenir de l’expérience bonus.

Carte au trésor

Lors de votre fouille, vous allez tomber sur des cartes au trésor. Celles-ci sont sous forme d’une photo accompagnée d’informations. Sachez qu’en général, vous tomberez dessus à force de ratisser les moindres recoins pour obtenir le 100%. En effet, pour ma part, je n’ai pas forcément cherché spécifiquement après. Surtout que le trésor est une pile de cailloux au sol qui brille comme un phare dans la nuit noire.

Les failles

Celles-ci ne vous seront sûrement pas étrangères si vous avez nettoyé le jeu de 2018. Pour ceux qui ne les connaissent pas, je vous conseille d’être préparé avant de vouloir mettre la main à l’intérieur. Car vous risquez de déclencher un combat avec des guerriers plus puissants et d’un niveau bien supérieur au vôtre. 

God of War : Ragnarök

Bien entendu, il vous reste une tonne de choses à découvrir et à faire (si votre hache vous démange) mais je vous laisse le bon soin de le découvrir par vous-même.

God of War : Ragnarök
Exemple de ce qu’il vous attend…

Niveau graphisme

Le jeu est agréable à parcourir avec des environnements variés. Chaque Royaume promet des secrets à découvrir ainsi que de nouveaux défis plus vous avancerez dans le scénario. 

God of War : Ragnarök

Cependant, le jeu n’est pas parfait car il lui arrive d’avoir des bugs. Mon exemple le plus parlant est une Nokken impossible à frapper qui restait statique. Pourtant, j’étais au corps-à-corps et ma hache la traversait, mais sans lui faire aucun dégât. Ce qui est très embêtant vu qu’elle rend invincibles deux ogres qui vous tapent dessus. J’ai dû recharger ma partie. Heureusement, le jeu sauvegarde régulièrement de lui-même. Après, le problème était réglé et la Nokken bougeait normalement.

Puis, même si les expressions de Kratos montrent bien qu’il est fatigué et qu’il en a marre. En même temps, ça fait des années qu’il tape tout ce qui veut le tuer. Les autres protagonistes ont souvent un regard vide et inexpressif. Ce qui ne fait pas du tout naturel. Sans parler d’Atreus qui louche. Et quand on le voit une fois, on ne voit plus que ça tout le long du jeu ! 

God of War : Ragnarök
Exemple où l’un de ses yeux part de travers

Ce que l’on en pense vraiment :

Ragnarök a pas mal de défauts. Et même si les paysages sont magnifiques, il y a parfois quelques couacs et bugs. Puis, il y a eu des phases où je me suis ennuyée lors de l’histoire car celles-ci étaient “très couloirs”. En plus d’être trop assisté. Cependant, les dialogues sont emplis de profondeurs, au point que j’ai cru voir mon mari et mon fils se disputer. Sachez que les quêtes secondaires apportent son lot d’informations sur l’univers via les conversations de votre équipe.

L’exploration est intéressante, car toujours récompensée, mais vraiment très longue si vous souhaitez tout nettoyer. Ne le faites donc pas d’un coup, mais au fur et à mesure de vos passages. Les combats sont dynamiques mais répétitifs dans certaines phases car les monstres basiques n’ont pas beaucoup d’attaques différentes comparés à un monstre plus évolué ou un boss. Toutefois, cela reste exécutoire. 

Finalement, j’ai passé 49 heures sur le jeu pour en découvrir un maximum et malgré les défauts, j’ai passé un bon moment où ma sensibilité a laissé couler sa petite larme.

Si vous avez aimé le précédent opus, ne vous attendez pas à une grosse différence. Cependant, le jeu vous promet quand même quelques petites nouveautés.

  • dialogues
  • quêtes secondaires
  • une masse de choses à faire
  • paysages variés
  • certaines phases du scénario ennuyeuses
  • bugs
  • un air de déjà vu
  • beaucoup trop assisté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *