GAMING

CALL OF DUTY: VANGUARD

HISTOIRE :

Call of Duty : Vanguard

Test réalisé sur XBOX Séries X

Bande annonce officielle

L’histoire se déroule à la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque l’Allemagne Nazie est sur le point de perdre la guerre. Ici, vous allez incarner un des 5 soldats d’élite (une mission = un soldat). Il y a 9 missions : Phénix, Opération Tonga, Stalingrad, La Bataille de Midway, Lady Nightingale, Numa Numa Trail, les rats de Tobruk, La Bataille d’El-Alamein et Le quatrième Reich qui durent en moyenne 45 minutes chacune. 

Call of Duty: VANGUARD, c’est avant tout la CAMPAGNE

Une unité des forces spéciales a été fondée pour infiltrer des sites prioritaires afin d’éliminer des cibles ennemies importantes et de collecter des renseignements militaires vitaux pour l’Axe* (regroupement des nations en guerre contre les Alliés lors de la Seconde Guerre mondiale.). Surtout sur un projet du nom de Phénix, qui ne doit surtout pas sortir de l’Allemagne.

Call of duty :Vanguard - Projet Phénix

L’escouade est composée de soldats dont les différentes actions individuelles ont permis de changer le cours de la Seconde Guerre mondiale sur les 4 fronts majeurs (le front de l’est, le front de l’Ouest, le Pacifique et l’Afrique du Nord).

Nous avons donc :

  • Le Soldat Lucas Riggs, expert en démolition, dans la campagne d’Afrique du Nord
  • Le Lieutenant Wade Jackson du Pacifique, un excellent pilote, mais bien plus à l’aise dans le ciel que sur le sol
  • La seule femme, le Lieutenant Polina Petrova, une tireuse d’élite qui a défendu sa patrie sur le Front de l’est
  • Le Sergent Arthur Kingsley du 9e bataillon de Parachutistes de l’Armée britannique
  • Et le Sergent Richard Webb, bras droit, ami et confident du Sergent Kingsley

Dans la campagne de Vanguard, vous allez revivre les moments que chaque soldat a vécu, et qui leur ont permis de faire d’eux des héros. L’arc narratif de Polina Petrova ou encore celui de Wade Jackson ont eu la chance d’avoir une séquence étoffée par rapport au reste de l’escouade. Au fur et à mesure des épisodes, on finit par apprendre comment ils se sont unis afin de former les “Forces spéciales internationales”. Ainsi ils pourront lutter contre le Projet Phénix, mais surtout, contre Oberstgruppenführer Hermann Wenzel Freisinger. Cette façon “découpée” de l’histoire peut en perturber plus d’un, mais ça permet tout de même d’en connaître davantage sur chaque membre de cette équipe.

L’éternel mode MULTIJOUEUR

Dans ce nouvel opus, on retrouve le mode multijoueur, où j’aime me détendre. Avant de pouvoir choisir un opérateur précis (un membre de l’unité spécial ou autre personnage), vous devrez passer par la case déblocage.

Par exemple, pour obtenir Polina Petrova, vous devez éliminer 200 ennemis avec un fusil de précision, l’arme de prédilection de notre chère tireuse d’élite. Et c’est ainsi pour chacun des soldats de la liste.

Et ce n’est pas moins de 16 maps où vous pourrez vous délecter du son des balles sifflantes et molotov flamboyants. On retrouve “Shipment” où comme j’aime l’appeler “Massacre ”, car à peine arrivé, c’est déjà un véritable bain de sang. Esthétiquement, ces nouvelles cartes sont réalistes que ce soit dans la chapelle de Toscane ou sur les plages sur Gavutu, on a l’impression d’y être.

Des cartes étendues à des zones plus réduites, tout le monde peut y trouver son compte. De plus, le fait de pouvoir littéralement exploser le décor apporte un peu plus de réalisme à l’environnement.

Le mode ZOMBIE

Il fallait bien que je teste ce mode pour pouvoir vous en parler. Moi qui suis plutôt mal à l’aise avec les jeux de zombie, ce mode-là n’a pas eu l’effet escompté. J’aurais aimé retrouver le côté “frissonnant” de son prédécesseur. Même si je n’ai pas réussi à éliminer 2500 zombies pour débloquer le succès du “Marchand de mort” et encore moins 10 000 zombies pour celui de la “Faucheuse”, j’ai quand même pu m’amuser. Dans sa dernière MAJ, Call of Duty Vanguard revient au côté plus traditionnel, avec l’objectif Void sur la carte de Shi No Numa (Youpi, on va pouvoir encore traverser des portails). Ce n’est pas tout, vous aurez également, de nouvelles armes sans oublier les skins.

Graphisme et contenu

À ce niveau, je peux dire que lors de la campagne, j’ai été surprise du réalisme de celui-ci : que ce soit au niveau des visages, des tenues ou des lieux, j’ai été intégralement ravie. Même si je vous l’accorde à certains moments, le réalisme n’est pas abouti, en particulier sur certains détails de décors ou encore des ennemis. Cela reste minime par rapport à l’importance de l’histoire elle-même.

J’ai pu constater, la différence entre Call of Duty Cold War et Vanguard, en retournant faire quelques games dessus. Et il a même fallu un petit temps d’adaptation à mes yeux pour se réhabituer aux graphismes précédents. Une fois de plus, Call of Duty: Vanguard a su faire preuve de générosité en contenu déverrouillable, que ce soit sur les équipements tactiques à perfectionner, ou pour faire monter vos armes en grade. On compte plus de 30 armes avec plus de 200 accessoires (de quoi trouver chaussure à votre pied),et n’oublions pas les nombreuses missions avec des défis à relever.

Ce qu’on en pense vraiment :

Portrait GirlyTaz - Le Geek Paresseux

Si je devais résumer ce que j’en pense, je dirais que j’adore, mais particulièrement pour le mode “campagne”. C’est une période de notre Histoire que l’on a connue qu’au travers des livres, des documentaires et des contes de nos anciens, qui ne l’oublions pas, et qui a eu un impact sur ce que nous sommes aujourd’hui. Personnellement, passer du temps sur ce nouvel opus est très divertissant, que ce soit sur la campagne ou le multijoueur. Et j’ai encore de longues heures à passer pour pouvoir finir le jeu à 100 %. Si vous n’avez pas encore essayé le mode campagne, je ne peux que vous la conseiller.

Lire notre article “Ultra Despair Girls : DANGANRONPA ANOTHER EPISODE 1”

  • Une campagne très variée
  • Le bruit des armes plus réel
  • Les graphismes
  • Le mode “zombie”

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.