TEST GAMING

Horizon Forbidden West

Aujourd’hui on va parler du très attendu “Horizon Forbidden West”, le fameux Triple A de chez Guerilla Games et exclusivité Sony. Le premier du nom, sorti en 2017, avait rencontré un bon succès, tant critique que publique. Alors qu’en est t-il de cette suite ?

Chef d’oeuvre futuro-rupestre

Ce second volet se déroule quelque mois après le premier. Pour rappel, on y incarnait Aloy, une jeune aventurière en quête de réponses dans un monde post-apocalyptique où des machines aux allures de dinosaures ont pris le dessus sur une humanité revenue à l’âge de pierre. 

Le premier jeu nous permet de découvrir en même temps qu’elle cet univers dystopique et se conclut par la révélation de la « vraie identité » d’Aloy ( Révélation que nous garderons bien évidemment secret, par respect pour ceux qui n’ont pas encore commencé la licence).

Dans ce second opus, Aloy n’a qu’un seul et unique objectif : sauver le monde !( Je sais, original ! ). Évidemment, elle ne veut personne pour l’aider ! Même pour une femme forte de son acabit, le défi s’annonce relevé.

La première chose qui frappe dans cette suite, c’est la beauté des graphismes. Le jeu est tout simplement somptueux ! Les bande-annonces nous promettaient du lourd et le résultat est au rendez-vous. A priori aucun downgrade et vos rétines vont se faire passer à tabac. Le lore est tout simplement envoûtant et riche en promesses d’aventure. Typiquement le genre de jeu, à l’instar de Zelda Breath of the Wild ou Red dead redemption II, où l’on peut passer des heures en balades contemplatives.

Mécaniques en liberté

Ce titre est, tout comme le premier, un action rpg aux mécanismes assez communs, tout en apportant sa petite touche personnelle inhérente au contrôle de notre héroïne. Le joueur découvre peu à peu ce monde ahurissant, alternant entre l’histoire et les quêtes secondaires. Ces dernières sont essentiellement de la chasse, aider des PNJ, de l’exploration de sites anciens et différents artefacts à trouver. Autant dire que l’ennui est à exclure de cette épopée si particulière.

En grand classique du rpg, “Horizon Forbidden West” vous permettra de gagner immédiatement des points de compétence mais aussi d’approfondir la découverte de ce riche univers. Au fil du voyage, de nouvelles créatures aussi variées qu’impressionantes  se dévoilent mais aussi de nouvelles armes et outils ( sans trop en dévoiler, il est désormais possible de planer !). Personnaliser son aventure, son équipement, voilà quelque chose de bienvenue et qui offre une expérience de jeu des plus agréable.

Le crafting reste une composante importante des jeux de cette licence. Il va falloir construire ses propres armes, mais aussi les différentes munitions. Pour ce faire, il va falloir chasser les différentes « créatures ». Un des points forts de ce titre est qu’il ne faut pas simplement tuer le monstre, certaines pièces ne pouvant être obtenues qu’en réussissant à décrocher des parties du corps de la cible. Cette méthodologie impose au joueur rigueur et stratégie. Réussir dans ce jeu, ça se mérite.

Aloy - Horizon Forbidden West

Pour nous soutenir tout en te faisant plaisir !

Aimer s’y perdre

“Horizon Forbidden West” nous offre donc un inoubliable voyage dans une contrée immense et ahurissante de beauté. Un périple qui reste gravé autant dans la tête que le cœur, une expérience indélébile. Même s’il est très largement préférable d’avoir déjà fait le premier jeu et saisir toutes les conséquences scénaristiques, ce titre reste accessible à toutes et tous. Le charme du jeu saura marcher sur tout le monde ! Et ceux qui auront déjà frayé avec Aloy retrouveront les mêmes plaisirs, même s’il vous faudra repartir de zéro. En effet Aloy a visiblement oublié toutes ses compétences entre les deux épisodes.

Le jeu alterne entre des phases de combat aussi tendues que dynamiques où la réflexion aura sa part, un travail d’enquête et d’exploration ainsi que des passages de plateforme. Autant de diversité qui permet ainsi de varier les plaisirs et donc de ne pas tomber dans une routine malheureusement trop souvent instaurée par de nombreux titres.

Ajoutez à toute cette diversité, une carte immense et foisonnante qui fera honneur à son titre, et si vous vous ennuyez c’est que vous le faites exprès.

Certains titres ont fait exploser le concept de monde ouvert, “Horizon Forbidden West” continue dans cette voie. Vous offrant autant de perspectives d’aventures que d’émotions hautes en couleurs.

Classique instantané

Le gameplay  général est un bon équilibre entre classicisme du genre et nouveautés bienvenues, de quoi rassurer les nouveaux venus et contenter les puristes. Les visuels et la direction artistique sont hallucinants et méritent les plus belles éloges. Le travail accompli sur le titre est juste phénoménal et mérite vraiment qu’on lui laisse sa chance. A plus forte raison que, par deux fois, la saga s’est retrouvée face à des poids lourds du genre. En effet, le premier volet de la série est sorti en 2017, en même temps que le mythique Zelda Breath of the Wild. Autant dire que le combat fut rude et que malgré tout, il aura réussi à se faire une place.

Cette année “Horizon Forbidden West” est en concurrence avec Elden Ring, un colosse Triple A. Des hasards de calendrier qui ne facilitent pas la vie de cette licence, mais vu les qualités intrinsèques et incontestables du titre, nous ne sommes pas inquiets pour lui.

Aloy combat - Horizon Forbidden West

Ce que l’on en pense vraiment :

Portrait GirlyTaz - Le Geek Paresseux

A la lecture de tous ces termes dithyrambiques, vous l’aurez compris, “Horizon Forbidden West” est plus qu’une valeur sûre. C’est une promesse, une expérience, un jalon, quelque chose qui vous laissera une saveur qui saura se rappeler à vous même des années plus tard. Vu le succès rencontré dès sa sortie, je pense que nous ne nous sommes pas trompés en le portant autant aux nues. Si vous êtes prêt à vivre une expérience unique et envoûtante, prenez la main qu’Aloy vous tend, et sautez.

  • L’univers
  • Le fait de décrocher des éléments du corps pour obtenir certains composants
  • L’histoire
  • Les défis de chasse, un peu trop redondant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *